La Gazette du 13ème – Journal de quartier

La Gazou

Gazette 73 Liliane de Kermadec

Posted by lagazou sur 10 octobre 2009


Cinéaste sans frontière

En ce mois de mai aux averses capricieuses, Isabelle Huppert, à Cannes, préside le Festival. La première fois qu’elle a monté les degrés du fameux grand escalier c’était, révèle-t-elle lors d’une interview, en 1974 pour venir soutenir le film Aloïse.

Qui a fait ce film et quel était son scénario ? La scénariste est Liliane de Kermadec, qui a aussi réalisé le film et qui habite le 13e.

Je suis allée l’interviewer pour La Gazet­te et j’ai ainsi eu ses impressions sur le festival de Cannes 1974. Elle avait acheté une robe aux « Puces » pour « monter les marches » avec Isabelle Huppert et Delphine Seyrig. Trac énorme et moment difficile (la robe était trop longue), mais moment extraordinaire quand le film a été projeté sur l’immense écran du Palais des Festivals. Avant Séraphine le film qui a eu récemment le succès que vous savez, Aloïse est déjà un film sur une femme peintre, qui a été préceptrice des enfants du Kaiser, a été elle aussi internée, est morte dans les années 60, et dont l’œuvre a été sauvée par le peintre Dubuffet et Jacqueline Porret-Forel, son médecin, qui ont empêché la destruction de ses dessins à l’hôpital. La cinémathèque de Bercy a  passé ce film.

Comment ai-je été avisée de l’existence de cette scénariste, réalisatrice ? En visionnant un DVD, prêté par une amie, dont le titre Le Murmure des ruines m’avait intriguée et attirée.

Kermadec

Comme souvent dans la vie de Liliane de Kermadec, ce film est né d’une rencontre fortuite dans un bistrot des Gobelins avec un inconnu qui lui a proposé de filmer les élections au Haut-Karabagh, en Asie centrale. Elle était libre et vogue la galère, mais en effet ce fut parfois « galère ». Ce pays dont elle ignorait tout devait prendre une place essentielle dans sa vie. L’inconnu étant retourné à son anonymat, elle réussit à finir en 2004 pour la chaîne KTO un premier documentaire La très chère Indépendance du Haut-Karabagh, sur l’histoire de ce tout petit pays perdu dans les montagnes du Caucase et oublié de tous. Quelques années plus tard, elle revenait avec le scénario d’un film de fiction racontant l’histoire d’un camion de farine abandonné que les habitants de la ville de Shoushi réussissent à s’approprier. Ils décident d’ouvrir une boulangerie pour utiliser la farine qu’il contient et fédèrent autour de ce projet tous les habitants de la ville. Murmure des ruines est un hymne à la nature splendide de ce Haut-Karabagh et à la volonté de survie d’habitants de cet État dont la communauté internationale se refuse à reconnaître l’indépendance et qui n’ont pas le statut de réfugiés puisque leur État n’est pas reconnu. Ce film a été montré dans plusieurs festivals dont ceux de Créteil et il a même eu deux prix dans des festivals aux États-Unis. Il a été projeté au Champo dans le 5e. Il plaît beaucoup. Reste à surmonter les tracasseries administratives pour le projeter régulièrement en salle.

Toutes les difficultés surmontées par les habitants sont un peu le miroir de la vie de Liliane de Kermadec. Sa filmographie est fournie, elle connaît tous les métiers du cinéma : elle fut photographe de plateau de Resnais et de Varda, mais elle ne fait pas partie du sérail. Elle a en ce moment en projet deux films dont l’action est à Paris. Dans La Victoire de Samothrace, Michel Londsdale joue le rôle d’un SDF qui vole au secours d’une jeune femme qui a perdu le goût de vivre. L’autre m’allèche beaucoup : il s’agit de faire lire les 30 articles de la Déclaration des droits de l’homme (René Cassin) par des non-professionnels, habitants et commerçants de notre 13e : un boucher, un cordonnier, un fleuriste, etc.. Pour le moment les décideurs et financiers ne se bousculent pas. L’inventivité freinée par manque d’argent, ce n’est pas très original, encore moins de nos jours.

Mais si elle a peu de moyens elle est prête à saisir l’occasion qui passe.

Qui sait ? Cet article peut être une bouteille à la mer. Notre 13e abrite près de la place d’Italie une « cinéaste enragée » digne d’être mieux connue et reconnue.

Georgia

Publicités

Une Réponse to “Gazette 73 Liliane de Kermadec”

  1. sissou said

    bonjour je cherche a savoir si vous avez fait un article sur un chirurgien decedé il y a 4 ou 5 ans d’un accident de voiture!merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :