La Gazette du 13ème – Journal de quartier

La Gazou

Gazette 78 Entretien avec la rédactrice en chef

Posted by lagazou sur 29 décembre 2010


Notre Sabine nationale

Sabine, tu as été au début de La Gazette et 20 ans après tu es encore très active. Comment est née La Gazette ?

Il existait  déjà un journal local, Le Canard du 13e vendu en kiosque, plutôt libertaire et humoristique qui s’était arrêté en 1982 et depuis il n’y avait pas de presse de quartier indépendante. En 1989 suite à l’alliance de diverses associations sur les listes municipales, l’envie est née de continuer à parler du treizième en dehors des élections et donc de créer un journal. De nombreuses réunions avaient déjà eu lieu les deux années précédentes.

Quelle était la ligne éditoriale à l’époque ?

Il s’agissait de manifester de l’intérêt pour la vie associative de l’arrondissement, de promouvoir cette vie associative d’où le nom de l’association créée Promovias, Promouvoir la vie associative. C’est d’ailleurs encore le but aujourd’hui. Nous souhaitions aussi faire savoir ce qui se passait  dans l’arrondissement, donner envie de participer, raconter l’histoire populaire de ces quartiers en pleine transformation. : Gérard Conte a été le premier directeur de la Gazette et a d’ailleurs écrit une chanson : (voir page 10).

La première équipe était constituée de Gérard Conte, Michel Kisinis, photographe et maquettiste, JeF Pelissier, Danièle Godard et moi-même. Rapidement Florence Barberousse, toujours fidèle, remplaça Michel à la maquette ; l’équipe de la rédaction s’est enrichie, d’autres sont partis ; elle est devenue de plus en plus féminine.

Comment étaient organisés les numéros ?

Les numéros étaient thématiques : le premier numéro consacré aux nourritures du 13e et au plaisir du repas partagé, puis il  y a eu  les femmes, les lieux d’accueil, les associations de solidarité, les écrivains du 13e, la musique.

Nous soutenions aussi les luttes des travailleurs, des mal-logés, des sans-papiers…

Lorsque la Manufacture des Gobelins a failli être délocalisée, un numéro entier de la Gazette a été consacré à la mobilisation. Lorsque des familles maliennes sans logement se sont installées sur le chantier de la BnF, un numéro spécial a été réalisé et le montant de la recette leur a été versé. Pour le numéro 50, nous avons rappelé mai 68 dans l’arrondissement en interrogeant des personnes qui y avaient participé.

Comment était financée la publication ?

Le journal a toujours fonctionné sans publicité ni subvention. Au début, trois personnes du comité de rédaction ont mis la main à leur poche et depuis l’impression, qui est la seule dépense, est financée par les abonnements et en particulier les abonnements de soutien de tous ceux qui souhaitent nous voir continuer.

La vie associative dans notre arrondissement est très riche ; les associations sont toutes différentes et souvent marquées par la personnalité de ceux qui les animent ; elles font un boulot formidable dans les quartiers dit « difficiles » et elles devraient plus se servir de notre publication pour faire connaître ce qu’elles font.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :