La Gazette du 13ème – Journal de quartier

La Gazou

Posts Tagged ‘croix rouge’

Gazette 72 Ces précieux dispensaires de quartier

Posted by lagazou sur 21 juin 2009

Il y a bientôt vingt ans le dispensaire de la rue Charcot était menacé de fermeture. Ce fut une grande émotion dans le quartier tant ce lieu rendait à tous les services de proximité en matière de santé. L’émotion s’accompagnait alors d’une magnifique résistance dont la gazette se fit l’écho, relatant l’aventure dans les premiers numéros de notre, déjà longue existence.

Eh oui ! Déjà la santé coûtait trop cher ! Le dispensaire ouvert par les sœurs de Saint Vincent de Paul, puis repris par la Croix Rouge, menacé depuis 1988 bénéficia d’un sursis grâce aux élus locaux et à la mobilisation des habitants.

Déjà la ministre Georgina Dufoix en évoquant la rentabilité, avait accru les pressions exercées sur Charcot. Le 18 février 1990 près de 300 personnes déterminées décidèrent de la création d’une association de défense du centre.

Le personnel du centre sera au cœur de la mobilisation afin d’éviter que le lieu soit vendu à des « marchands de santé ». En avril, à l’annonce de la fermeture du centre, le personnel organise l’occupation des lieux. La direction de la Croix Rouge se livre alors à une opération musclée : saisie du matériel par des membres du Comité départemental accompagnés de maîtres-chien. Des membres de l’association sont arrêtés, ce qui n’entame en rien la résolution des voisins. Dès le 2 mai, aidé par le syndicat des médecins de centres de santé, le personnel de Charcot met en place des consultations gratuites. Ces médecins coupables d’avoir exercé bénévolement sont assignés à comparaître devant le tribunal des référés de Paris, et la petite guerre continue.

La Gazette, dans son numéro de juin 1992 relate une aventure exceptionnelle : voilà plus de deux ans que le dispensaire tient portes ouvertes 24/24 heures et 7/7 jours, grâce à la ténacité de 150 bénévoles, médecins, infirmières qui paient de leur personne, souvent une demi journée par semaine, grâce aussi à la mobilisation des « usagers »  du quartier. Pour la plupart, des personnes modestes qui savent la valeur d’un dispensaire proche et de soins gratuits.  Cette proximité avec les patients contribue fortement à la prévention  qui réduit le coût des soins  et donc le fameux « trou » de la Sécurité Sociale.

La Croix Rouge est une institution caritative, le dispensaire recevait environ 35 000 patients chaque année et le fonctionnement même du centre semble être presque équilibré. La Croix Rouge entend aujourd’hui vendre les murs pour un prix dix fois supérieur à la valeur d’acquisition. Ce qui se joue ainsi, c’est donc le droit à la santé contre le droit à la spéculation immobilière.

Nous disions, au printemps 95 comment le chat Charcot (emblème du lieu) « que le seigneur à la croix rouge croyait avoir tué un beau jour d’avril 92 se faufile en douceur tous les matins dans les locaux interdits du 24, rue Charcot … et là, a l’abri des regards se transforme en une multitude de personnages merveilleux : des dames charmantes qui vous accueillent à l’entrée, sept médecins pour soigner les maladies courantes, un autre pour le cœur, un pour les maladies des femmes,, un qui guérit les yeux, un les douleurs des articulations, des os, un les affections de la peau, trois les maux de dents et un les laies et les bosses que certains se font dans les rencontres, tournois et autres jeux auxquels ils se livrent. Car comment expliquer autrement, dans un univers tenu par le malin et ses âmes damnées du culte de l’argent-roi, l’apparition quotidienne de ces lutins à visage humain qui soignent ,qui accueillent, du matin jusque au soir, sans qu’aucune rétribution ne leur soit fournie en échange par quiconque ? »

 Le Centre Charcot a tout de même fermé, il est resté plus de trois ans au service du quartier. Une telle mobilisation, si totale et collective, est une belle aventure, une victoire de la soliarité.

S.L

Publicités

Posted in Gazette 72, Société | Tagué: , , | Leave a Comment »