La Gazette du 13ème – Journal de quartier

La Gazou

Posts Tagged ‘XIIIe’

Communiqué de presse du conseil d’administration de l’association gestionnaire de la dalle des Olympiades, ASL Olympiades, Paris XIIIème

Posted by lagazou sur 25 juin 2015

Olympiades Communiqué de presse

Les membres du conseil d’administration de l’ASL Olympiades, association gestionnaire du site, plaident en faveur d’une vision de l’avenir du quartier, partagée avec la Ville. C’est le sens du message qu’ils ont dernièrement adressé à la Maire de Paris, à son adjoint à l’urbanisme, au maire d’arrondissement et à tous les élus du XIIIème. Lors du conseil d’arrondissement du 15 Juin, les élus du XIIIème ont repris à leur compte l’une des propositions formulées, à savoir la réalisation d’un audit financier, visant à évaluer le montant des dépenses occasionnées par l’ouverture au public de la dalle. Le vœu d’engager cet audit a été voté à l’unanimité, majorité et opposition confondues. Au-delà de ce soutien décisif et du consensus politique, le danger d’un vœu pieux ne saurait cependant être écarté, la mairie centrale étant, seule, décisionnaire. Reste donc à transformer l’essai lors du conseil de Paris des 29 et 30 Juin, où doit être voté le montant de la subvention allouée pour 2015. La réalisation de cet audit confié à un tiers s’impose, puisque l’ASL Olympiades conteste l’estimation des dépenses publiques de fonctionnement faite par les services de la Ville et l’occultation des dépenses d’investissement. A défaut de se voir étroitement associée à la conduite de l’audit et au choix de l’expert désigné, gage d’indépendance, elle pourrait se trouver contrainte de mener une contre-expertise sous la pression des habitants. Qu’ils soient propriétaires ou locataires du parc privé et du parc de logement social, tous paient en effet deux fois l’impôt, en s’acquittant d’une part, des charges d’entretien de la dalle et d’autre part, des taxes et impôts locaux.

Pour que « la municipalisation de fait », promue par le maire du XIIIème, devienne une réalité, il faudrait que la Ville subventionne l’intégralité des dépenses occasionnées par l’ouverture au public de la dalle. Or la subvention allouée, d’un montant de 472 000 euros en 2014, n’en couvre que le tiers ! En 2007, elle a même été amputée de 220 000 euros, la Ville ne participant plus aux dépenses de sécurité du site en raison de la création da’un dispositif de « correspondants de nuits ». Est-il concevable que la puissance publique, en l’occurrence l’Etat secondé par la Ville, se défausse de ses prérogatives en matière de sécurité sur les habitants? Confiée à une société privée, la surveillance du site absorbe à elle seule la quasi-totalité du montant de la subvention municipale ! Aux charges s’ajoute le coût des travaux de maintenance, liés au vieillissement de l’infrastructure de la dalle, après plus de quarante ans d’existence. Ainsi, la réfection des quatorze kilomètres de canalisation en sous-sol se voit elle aussi laissée à la charge des propriétaires de la dalle, malgré le caractère en grande partie public des travaux. La requalification de tout l’espace public de la dalle serait également à envisager, à l’instar des travaux d’envergure menés au Front de Seine. Seule la Ville de Paris, aux côtés de l’Etat et de la Région, peut porter pareille ambition urbaine. L’excellente desserte des Olympiades par les transports en commun, l’environnement très porteur du quartier et le potentiel constructif du site ne devraient-ils pas l’inciter à miser sur ce quartier d’avenir à l’échelle du Grand Paris?

Publicités

Posted in Actualité, Associations, Urbanisme | Tagué: , , | Leave a Comment »

Grande fête de quartier – 4ème fête des Grands Moulins – samedi 30 Mai 2015

Posted by lagazou sur 27 mai 2015

4ème fête des Grands Moulins samedi 30 Mai 2015 – Quartier Paris Rive Gauche Esplanade Vidal-Naquet
Accès : Métro ligne 14 arrêt Bnf – RER C / Bus 62/64/89 arrêt Rue Thomas Mann / Bus 325 arrêt rue Watt.
Cette année, on dessine et on se dessine. C’est à partir de 14 heures. On vous attend.
fête grands moulins_0001
Animations gratuites
Street-art
Bal populaire
notre quartier 13
NQ13

Posted in 1, Des lieux | Tagué: , | Leave a Comment »

Village de la Récup’ le 30 mai 2015

Posted by lagazou sur 27 mai 2015

Inauguration festive de la boutique associative de réemploi et recyclage :
Animations gratuites sur l’avenue d’Italie de 11 h à 18 h devant le 126 av. d’Italie

Devanture-5mars2015

Pendant la semaine du Développement Durable 2015, le  » Village de la Récup’  » du 13e, organisé par l’Association Ma Ressourcerie, se tiendra de part et d’autre du 126 avenue d’Italie (face à sa boutique associative et solidaire de réemploi).

Cet évènement consiste en un ensemble de stands dans lesquels les acteurs du réemploi et du recyclage présentent leurs activités afin de sensibiliser les habitants, de manière festive et conviviale, à la lutte contre le gaspillage et à la réduction des déchets. Il se tiendra de 11h à 18h.

 Une grande braderie de vêtements (tout à 2 €) et des ateliers Récup’ et fabrication.

♥ Deux spectacles éco-citoyens, clownesques et musicaux de la compagnie Pile-Poil  à11 h 30 et 14 h 30.

Une sensibilisation au tri sélectif

 Partage d’expérience au  » Village de la Récup’. »Installés sur le stand du GDIE, les jeunes des quartiers Masséna et Kellerman partageront leur expérience de démocratie participative avec le public dés 14h30. A 15h30, ils présenteront leurs idées à travers la lecture d’une « Lettre à un élu.

Présentation du projet : http://ecoparlementdesjeunes.info/EPJ-14-GDIE.html

Posted in 1, Environnement | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Gazette 72 Errance et légèreté

Posted by lagazou sur 21 juin 2009

Un certain art du tissage

 Par où commencer pour parler de cet homme, de cet auteur ; comment s’y prendre pour retranscrire ses réflexions sur le XIIIe, son corps à corps avec cet arrondissement ?

 Certes, il y aurait l’approche biographique : depuis plusieurs générations déjà, une partie de la famille Evrard vit ici. Franck Evrard, lui, y arrivé avec ses parents en mai 1968 et, depuis, ne l’a plus quitté. Avec eux, il a tout d’abord emménagé dans la tour Corvisart – « au-dessus de la Bièvre » – puis au fil des années, des étapes de la vie, il a sillonné l’arrondissement en habitant dans différents quartiers : Place d’Italie – de nouveau dans une tour – au-dessus de Galaxie, pardon d’Italie 2 – « un lieu de rencontres extraordinaire pour tout type de population –, puis square LeGall – « un lieu magique », à la fois sauvage et domestiqué, qu’il n’a cessé de fréquenter – sans oublier rue de la Glacière, et enfin rue de la Santé, à une adresse impaire qui, en flirtant avec le XIVe, le met dans un rapport de fidélité/infidélité avec le XIIIe.

Une scolarité à Rodin, toujours au coeur de l’arrondissement donc, puis des échappées continues et régulières ailleurs, avec des études dans les « beaux quartiers », le Ve et le VIe, et maintenant un poste de chargé de cours à Paris VII ; mais dans quatre ans, son département va devoir déménager pour rejoindre l’université Paris Diderot dans la ZAC Paris Rive Gauche…

IMG_1227

On pourrait également tenter d’approcher Franck Evrard et sa relation structurante (il tiquera probablement sur l’emploi de cet adjectif) avec le XIIIe en citant le nom de quelques-uns des auteurs qu’il y a rencontrés, côtoyés ou croisés et qui, eux-mêmes, vivent ou ont vécu ici : Fatima Gallaire, André Lagrange, Jean-Pierre Roulet, Simone Balazard, Fajardie, en rappelant qu’il a, entre autres activités de ces dernières années, dirigé un atelier d’écriture au Centre d’animation Daviel, participé à diverses revues littéraires du cru, et qu’il collabore aujourd’hui au Café littéraire de notre arrondissement crée à l’initiation de Jacqueline Victor.

Et tous ces éléments seraient loin d’être suffisants si l’on oubliait de préciser que Franck Evrard revendique avec une fougue pleine de tendresse et de respect sa filiation avec ses deux maîtres, ou du moins l’influence déterminante qu’ils ont exercée sur lui : Roland Barthes – « Ses écritures : un délice, un bonheur » – et son directeur de thèse, Jean-Pierre Richard – « Cette chaleur, cette corporalité ». Ou encore si l’on omettait d’évoquer qu’il se sent « évidemment » beaucoup plus proche d’auteurs de polar comme Alain Demouzon – qui se démarque par «  une espèce d’errance » – et, dans un autre registre, de Gilles Deleuze – qui privilégie « les lignes de fuite aux points que l’on voit disparaître les uns après les autres » – plutôt que de Léo Malet ou encore de Frédéric Fajardie – qui, tous deux, s’inscrivent plus dans le champ de « la nostalgie, de la recherche de traces, de l’unité ». Et bien sûr, si l’on ne soulignait pas que le fil rouge volontaire de ses travaux et de ses recherches est de donner ou de rendre leurs lettres de noblesse (ceci étant une expression consacrée, on fermera un œil sur son décorticage dans le contexte présent) à des genres délaissés dans nos contrées (le théâtre, la nouvelle, la poésie), à des sujets « un peu à part », a priori hors du champ littéraire (les lunettes, le strip-tease ou le XIIIe dans la littérature policière), et à des « thématiques singulières ayant trait à la représentation du corps et à l’érotisme ».

Il serait alors éventuellement possible de vous faire ressentir par écrit l’interaction naturelle et évidente entre Franck Evrard et le XIIIe, un arrondissement « qui se réinvente sans cesse, un quartier toujours en mouvement […] où, de plus, rien n’est vraiment cloisonné ». Un lieu qui ne propose/présente pas « de traces extraordinaires », qui ne présente pas « de grosse mémoire historique ». Un lieu sans pathos. Un lieu où il est assez aisé d’observer les différences sociales et sociologiques en jeu dans le temps et l’espace. Un lieu en forme de mosaïque au fort pouvoir d’intégration, « qui brasse de façon spectaculaire mais non visible » des habitants très différents qui jamais ne le colonisent, des endroits divers « qui n’aimantent pas l’attention » de manière figée. Un lieu qui offre, pour se rendre de A à B, de multiples parcours. Un lieu propice à des changements si ce n’est incongrus, du moins étonnants comme par exemple l’apparition, côte à côte, de deux magasins de luxe adossés à la Cité Daviel ou encore la construction et l’essor de la ZAC Rive Gauche – « Un endroit merveilleux, d’une très grande beauté [mais qui me pose] un gros problème… Je n’arrive pas à m’y rendre, à y avoir accès. Que faire de cette ZAC qui est une espèce d’enclave, […] qui ne colle pas encore à l’arrondissement. Le lien tarde à se faire, mais je pense qu’il se fera… un jour. »

Enfin, un lieu riche « en lignes imaginaires de communautés » qu’il faut savoir prendre le temps de découvrir avec un désir gourmand. Un lieu qui invite à une curiosité sans cesse renouvelée, « à une démarche d’écrivain », même si Franck Evrard se définit plutôt comme essayiste.

Un lieu fertile en mythologies rêveuses, fantasmées – « Chaque matin, [en entendant le bruit de l’eau qui ruisselle], me dire que c’est la Bièvre qui sort de Paris alors que c’est un robinet souterrain que l’on ouvre… ». Autant de caractéristiques, de qualités qui font que, ici, « on est sans arrêt à la dérive, voire même dans une sorte d’exil. Je le vis comme une chance cette espèce de déracinement que provoque le XIIIe, cette espèce d’errance rassurante [qui, tout compte fait, permet] d’être toujours dans un cheminement. C’est cette légèreté du XIIIe qui est attachante. »

M. Fuchs

Posted in Gazette 72, les gens | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Gazette 72 Journées portes ouvertes des ateliers d’artistes: Lézarts de la Bièvre

Posted by lagazou sur 21 juin 2009

Mémoire de l’eau

Comme chaque année depuis 2000, et ce à notre plus grand bonheur, l’association Lézarts de la Bièvre redonne un peu de sa liberté rêvée et de visibilité à une rivière mythique de Paris qui se jette – oh ! pardon : qui se jetait – dans la Seine… : la Bièvre.

Lezarts_Bievre_gif_logo_site

Comme de coutume, un ou plusieurs invités « surprise » balisent en amont le parcours de cette manifestation qui réunit en son sein des artistes du Ve et du XIIIe arrondissements de Paris.

Dès la mi-mai, partez à la découverte des œuvres de Jana und S qui succèdent cette année à Artiste-Ouvrier avec lequel ils collaborent au sein du collectif WCA.

Puis les 13 et 14 juin, de 9 heures à 14 heures, allez à la rencontre d’une centaine de peintres, dessinateurs, céramistes, sculpteurs, photographes, plasticiens, dessinateurs, pochoiristes, etc. qui, à titre gracieux, vous ouvriront les portes de leur atelier, vous accueilleront dans des lieux collectifs et vous proposeront diverses animations, démonstrations ou promenades sur les traces de la Bièvre. Je n’en cite qu’un exemple ici (choisi tout à fait arbitrairement !) : une installation végétale éphémère avec le concours Mini Hortus de la plus belle jardinière en objets recyclés.

M. Fuchs

Programme disponible prochainement sur :

http://www.lezarts-bievre.com/

et, à partir du 18 mai, dans les bureaux de poste et les mairies du Ve et du XIIIe ainsi qu’aux points d’information suivants :

6, rue de l’Arbalète – 7005

43, boulevard Arago – 75013

http://janaundjs.com/

http://www.serpentaire.net/

Posted in 1, Gazette 72 | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Gazette 70 Quel avenir pour la MECI ?

Posted by lagazou sur 2 janvier 2009

Après l’incendie survenu au 20 Bd V. Auriol, rue Edmond Flamand, dans la nuit du 25 au 26 août 2005, les résidents de la maison de la Côte d’Ivoire au 148-150 Bd V. Auriol, s’étaient sentis menacés eux-mêmes et une rencontre avait eu lieu entre la Ministre de la solidarité de la Côte d’Ivoire et la mairie du 13e.

Le délabrement des lieux n’a pu être totalement enrayé, aussi en cette année 2008, la Mairie a-t-elle décidé de mener une enquête publique sur ce lieu particulièrement vétuste. Tout l’arrondissement ayant été choqué par les morts lors de l’incendie du 20 Bd. V. Auriol, La Gazette juge qu’elle se doit de vous tenir au courant de cette action nouvelle.

Pour y voir clair, il faut rappeler que le nom de MECI, Maison des Étudiants de Côte d’Ivoire, ne correspond plus à l’occupation des lieux. Primitivement en effet cette maison était la propriété du gouvernement de ce pays, mais depuis l’immeuble a été successivement revendu à des marchands de biens et l’actuel propriétaire n’entretient pas les lieux malgré les diverses injonctions dont il a fait l’objet de la part de la Préfecture

Aujourd’hui l’immeuble, insalubre, est occupé par des familles avec et sans titres de séjour. Au début du mois de Juin, la Mairie, qui souhaite racheter l’immeuble pour y effectuer les travaux nécessaires et transformer les appartements en logements sociaux, a dû diligenter une enquête publique, car ce rachat se fera contre l’avis du propriétaire. Elle a soutenu l’association Malaïkas créée après l’incendie mentionné plus haut, (il y a certes eu pose de détecteurs de fumée et d’extincteurs, affichage de consignes sur la conduite à tenir en cas d’incendie etc…) mais l’état des lieux nécessite une action plus globale.

Où en est-on à ce jour ?

meci-p7

Les représentants de la MECI se sont récemment réunis pour essayer d’établir une ligne de conduite commune, ce qui n’est pas toujours aisé. L’ambassadeur actuel de Côte d’Ivoire, vu les changements dans la diplomatie franco-ivoirienne, soutient moins les résidents actuels, et son avocat est contesté par certains. Il est difficile d’effectuer un recensement précis des sans-papiers (et on comprend l’angoisse de ceux-ci).

Comme le calendrier de préemption de la Mairie et donc d’expulsion avant relogement se précise, 4 membres du Comité de soutien aux Résidents de la MECI ont adressé au Commissaire-Enquêteur qui effectue le recensement des résidents, un avis dans le cadre de l’enquête.

Celui-ci exprime en premier sa satisfaction que cette opération de salubrité publique soit enfin entreprise, avant de demander qu’il n’y ait pas d’expropriation avant relogement préalable, réel et digne, de tous les résidents sur la base d’un recensement le plus objectif et consensuel possible, du type de celui qui vient d’être effectué par Emmaüs. Autre demande : que les 33 logements sociaux qui doivent être construits le soient dans le cadre des dispositifs très sociaux accessibles (type PLA), avec logement prioritaire des occupants.

Ces membres du comité de soutien espèrent enfin que le Commissaire-Enquêteur consultera cet avis comme il y a été invité, et qu’il sera retenu par la puissance publique.

Une expulsion manu militari a été déjà évitée il y a quelques années, la Mairie prend les choses en mains. Voyons-y de l’espoir. Souhaitons que la dignité de tous ces résidents, pourvus ou non de papiers, et leur droit à un logement décent soient pleinement pris en compte. Nous tous, habitants du 13e, sommes concernés par cette démarche de salubrité publique et d’humanité.

 

G.M.

 

Posted in Gazette 70, Société | Tagué: , , | Leave a Comment »